RUMEURS

CLÉMENT COGITORE

vernissage samedi 6 septembre à partir de 17H00

NOCTURNE LE JEUDI 23 OCTOBRE - INTERRUPTION DU 23 SEPTEMBRE AU 1ER OCTOBRE -

EXPOSITION JUSQU'AU 31 octobre 2014

 

clément cogitore | ELÉGIES |vidéo | 2014 |


« Ô, être mort un jour, et les connaître infiniment,
toutes les étoiles : car comment, comment les oublier? » Rainer Maria Rilke

«Elégies est le film d’une nuit dans laquelle les présences anonymes sont en proie à leur solitude (...). Les sifflements retentissent, les éclairs stroboscopiques nappent la marée humaine, les basses se font de plus en plus sourdes, et seuls les écrans des téléphones portables, faibles astres, renvoient l’image vague de ce qui se passe sur une scène que nous ne verrons pas. Clément Cogitore finira par filmer l’artifice du décor, détournant le regard vers la machinerie, comme par pudeur peut-être, de peur d’être trop élégiaque. Mais, l’élégie est là, battante comme le cœur de Rilke sur le sentier de Duino, écrivant sa lamentation devant un monde au devenir de ruine, endeuillé de toutes les existences qu’il a abritées, un monde du silence succédant à la musique, de l’abandon succédant à l’amour (...).

(...) Ces rumeurs — qu’elles soient d’ancestrales croyances ou de parasitaires fictions numériques — viennent du fond des âges, grésillent comme les voix résonnantes dans une mauvaise radio, fourmillent de toutes parts. Jamais elles n’ont été aussi assourdissantes, à la narration confuse et fragmentée, et nous n’en sortirons pas (...).

Cogitore décide donc d’en faire sa matière première, avec un engagement pictural. Ainsi, par la photographie, il revisite la peinture classique, comme la Déposition du corps du Christ. Il choisit ce moment précis de bascule : juste après la Crucifixion et l’acte irréparable, juste avant la Pietà et la déploration (...). La photographie intitulée L’Atelier est, elle aussi, énigmatique, donnant à voir quelques outils de prise de vue, non loin d’une grotte, sorte de trous de brouillard au milieu d’une nature originaire qui devrait être le sujet de l’image. Tout est en place pour que le miracle se produise, par-delà la brume s’épaississant. Le gouffre est le lieu d’une possible apparition, possible miracle ou résurrection ; mais ici encore, c’est le hors champ qui règne en maître (...).

Cogitore cherche en permanence la scène sur laquelle pourraient avoir lieu les sacrifices et les rituels d’aujourd’hui, et il fait le pari que notre monde abrite encore un feu et des fresques invisibles. Parions avec lui.»

Extrait du texte écrit par Léa Bismuth, critique d’art et commissaire d’exposition.

cLÉMENT cogitore, DE L'ART AU CINÉMA PAR EMMANUELLE LEQUEUX LE QUOTIDIEN DE L'ART / NUMÉRO 663 / VENDREDI 5 SEPTEMBRE 2014

+ d'INFOS communiqué

TEXTE DE LÉA BISMUTH